Chapitre 3: chercher une cible élargie pour ses campagnes

Maintenant que l’on connait les types de cibles à atteindre, on va imaginer une stratégie pour conquérir de nouveaux clients. En d’autres termes, je préfère concevoir un modèle d’entonnoir pour écrémer chaque ciblage en fonction des contenus qui l’attirent.

Créer des réponses aux problématiques dans ses campagnes

Avant de commencer quoique ce soit, il faut se rappeler que vous devez attirer l’attention dans un monde sans cesse inondé d’information. Comment y arriver ? En parlant des problèmes que rencontre votre prospect. Le biais que vous risquez de provoquer serait de parler uniquement de vous-même. Or ce que l’on cherche s’est dans un premier temps, d’entrer en discussion sans rien demander davantage. Après tout, vous ne demandez jamais de prendre un verre avec quelqu’un que vous ne connaissez pas (à qui vous n’avez jamais parlé). Avant cela, vous allez apprendre sur lui. Le mieux serait de réfléchir à ses besoins. Pour ce faire, le ciblage vous aide comme support. Vous connaissez ses désirs, ses peurs et ses rêves. Ici, nous allons créer des contenus qui soulèvent les soucis de votre client idéal. Si celui-ci clique ou se rend sur une page de votre site qui développe sa problématique, nous allons pouvoir lui rappeler que nous sommes les seuls à détenir la solution à son problème.

Fixer des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, temporels

Cette partie va nous aider à fixer un ensemble de critères pour dépenser un budget cohérent et qui puisse vous apporter du chiffre d’affaires. Il faut se montrer à la fois humble et ambitieux pour réussir sa campagne Facebook.

Comment dessiner un but spécifique en publicité Facebook ?

 Pour commencer, basons-nous sur le but ultime de sa campagne. Au préalable, une question mérite d’être posée. Cherchons-nous à se faire connaitre, ou désirons-nous vendre immédiatement notre produit ? Cette disposition dépend de la complexité de votre offre. Si vous vendez des pin’s à l’effigie de votre client, il ne sera pas si nécessaire de passer du temps à convaincre. Toutefois, si vous vendez une machine-outil qui serait susceptible de révolutionner votre activité, il risque de se passer un peu plus de temps avant de transformer.

Comment mesurer ses actions de campagnes Facebook ?

La mesure des KPI dépend du taux de clic, du budget et du ROI que vous octroyez pour votre campagne. Pour construire un board qui répertorie les actions, nous pouvons nous servir d’un simple tableau Excel pour retrouver les résultats de chaque semaine. D’autres iront à utiliser un écran qui diffuse la situation en temps réel grâce à Google Data Studio.

Autre aspect à mesurer : les contenus. Un classeur Excel peut très bien faire l’affaire avec une répartition hebdomadaire des contenus. En effet, chaque semaine pourra faire l’objet d’une modification en fonction des résultats donnée. Ce système permet à toutes les équipes de constater l’avancement du projet et de valider les publications. Mieux encore, imaginez que vous ne soyez pas toujours présent et que vous confiez vos campagnes à un personnel extérieur ou à quelqu’un de moins qualifié pendant un certain laps de temps. Ce délégué pourra agir à partir d’un simple process sans aucune intervention de votre part.

On peut très bien se servir d’une carte mentale pour faciliter la génération d’idées afin de les reporter sur le tableur.

Comment atteindre son objectif avec ses publications Facebook payantes ?

Si vous démarrez sans données, il reste préférable de commencer petit. Une vingtaine de publications associées à quatre ou cinq groupes de campagnes (avec des cibles différentes) conviendra. En ce qui concerne le budget, il est difficile de lancer une campagne complète sans dépenser 400 € <500 €, mais cela dépend du produit à vendre et de la concurrence. En adoptant un modèle basé sur l’amélioration continue, nous pouvons espérer réduire le coût d’acquisition et optimiser le retour sur investissement.

Faire « Break Even » signifie que chaque euro dépensé conduit vers de nouvelles ventes. À partir de ce moment, il faut augmenter son budget jusqu’à une certaine limite. Ensuite, la force de votre campagne va perdre mécaniquement de la valeur : il faudra alors créer une nouvelle campagne.

Comment organiser la temporalité de ses campagnes sociales ?

Le temps c’est de l’argent. Le problème que rencontrent beaucoup de sociétés qui se lancent dans des campagnes sociales se situe sur un manque de temporalité. Les campagnes sont lancées, ce qui leur apporte des likes… Mais une infime partie de l’audience amène des clients.

Avec un plan hebdomadaire, nous pouvons agir sur un délai suffisamment court pour ne pas perdre d’argent et assez long pour prendre du recul sur chacune de nos actions. Au bout de quatre itérations, nous obtenons un mois de campagne, ce qui constitue une campagne complète. Ce concept se formalise par une semaine de notoriété avec des contenus axés sur le problème ? Ensuite, on reprend contact avec nos cibles existantes qui ont déjà interagi avec notre marque. Il suffit de créer des contenus plus engageants pour enfin se concentrer sur une plus petite partie de l’audience qui sera prête à convertir.

Le principe de la boucle de la réussite des campagnes Facebook

Maintenant que vous avez un aperçu de vos objectifs et que vous imaginez déjà les contenus à créer, nous allons les concevoir en fonction de votre marché. Les modèles dépendent du niveau d’attirance que vous cherchez pour attirer l’attention de vos prospects (Hook).

Vous allez créer une sorte de boucle vertueuse à partir d’une campagne qui correspond à un objectif bien défini (par exemple : lancement de la première campagne pour connaitre son client idéal). Chaque ensemble de publicité va déterminer le type de ciblage qui réagit le mieux. Enfin, les publicités vont répondre au modèle de contenu qui concerne le mieux la publicité. Au fur et à mesure des semaines, vous allez éliminer les contenus les moins pertinents et réduire les ciblages.

De là, on peut imaginer une multitude de boucles pour réussir son acquisition de campagne en fonction de vos besoins, de votre secteur d’activité, et de votre budget.